La raffinerie de Petroplus Raffinage à Reichstett sera reprise par Rubis 2

La raffinerie de Reichstett, atteignant 50 ans d’activité cette année, a été rachetée en 2008 par Petroplus, qui a déposé le bilan début 2012. Le site sera finalement reconverti en dépôt pétrolier, Rubis Terminal a déposé une offre de reprise qui a été validée par le TGI de Strasbourg ce 29 janvier.

Un euro symbolique pour un investissement d’avenir

petroplus raffinage reichstett Rubis TerminalLa raffinerie a cessé définitivement son activité en avril 2011, suite aux difficultés de Petroplus et faute de repreneur pour l’activité de raffinage. Le site devait alors se trouver un nouvel investisseur qui assurera la reconversion en site de stockage pétrolier, le démantèlement de la raffinerie et la dépollution du site.

Rubis s’est donc porté acquéreur du site, via sa filiale Rubis Terminal, pour un euro symbolique. Un euro qui en cache quelques 37 millions d’autres, investis sur 5 ans majoritairement dans la reconversion du site. Huit emplois de préservés, une maigre consolation face aux quelques 250 salariés reclassés en 2011, mais contribueront à créer bien d’autres emplois pour la dépollution et le démantèlement du site de raffinage, sans compter les emplois maintenus dans le transport ou la logistique.

Les 350 hectares d’emprise du site seront dépollués par la société Browflieds, spécialiste de la dépollution. D’ici 3 ans, les trois quarts des 500 000 m³ de capacité de stockage seront remis en service, doublant la capacité de stockage de Rubis Terminal en Alsace (300 000 m³ de pétrole et 40 000 m³ de produits pétrochimiques), constituant à lui seul le 3e plus gros site de stockage de la société après le site de Rouen (650 000 m³) et celui de Dunkerque (475 000 m³).

Bookmark and Share

2 thoughts on “La raffinerie de Petroplus Raffinage à Reichstett sera reprise par Rubis

  1. Répondres reinbolt 20 juil, 2013 12 h 48 min

    La mise en place de la dépollution par forage ayant commencé, il serait prévu de le compléter par le Biotraitement, ou Phto-remédiation ,déjà testé en activité. Bien sûr, l’appui des experts de l’INRA ,l’IRH, le CNRS serait indispensable pour un suivi fiable de la biodégradation des HC et la stabilisation des Métaux Lourds ,présents en grandes concentrations ,selon la DREAL qui pratique la Transparence ,donc l’accès aux documents, ce qui est louable pour les riverains et autres intéressés.

  2. Répondres actuadmin 25 juil, 2013 8 h 29 min

    La dépollution et le démantèlement seront à coup une grande source d’emploi dans les décennies à venir, et il faut absolument que les chantiers d’aujourd’hui permettent de développer les techniques de demain. e, cela Reichstett est un laboratoire qu’il est intéressant de suivre de près.

Leave a Reply