France : l’exportation se porte bien en 2016, mais cela pourrait changer

La France est surtout connue pour être le 5e importateur mondial. Disposant notamment de peu de ressources souterraine (énergies fossiles, métaux et minéraux…), elle est également importatrice nette d’équipements et machines. Mais l’exportation n’est pas en reste, et la balance commerciale tend à s’équilibrer progressivement.

L’armement et le transport en progression

De l'auto au lanceur spatial, la France compte toujours parmi les leaders mondiaux.

De l’auto au lanceur spatial, la France compte toujours parmi les leaders mondiaux.

Les grandes industries d’exportation française se portent bien : l’armement grâce à des commandes record d’avions et de sous-marins, mais aussi le transport (automobile et aéronautique), connaissent une hausse de leur exportation entre 2015. On note cependant un très léger repli de l’industrie agroalimentaire sur ce plan.

Avec un solde commercial estimé à 50 milliards d’euros pour 2016, on reste pour la deuxième année consécutive à un niveau inférieur à 2008,  même s’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour retrouver l’excédent commercial que l’on n’a plus connu depuis 2002.

L’Allemagne toujours de loin premier partenaire

Que ce soit à l’import ou à l’export, nos voisins d’outre-Rhin occupent sans partage la place de premier partenaire : environs 16% de nos exportations et 17% de nos importations se font avec l’économie Allemande.

Hélas, cet échange ne parvient pas à trouver de point d’équilibre : les échanges franco-allemands contribuent pour 15 milliards d’euros à notre déficit commercial. Seule la Chine, demeurant l’usine du monde, pèse plus dans notre déficit commercial.

Le Royaume-Uni, notre meilleur acheteur

La santé de nos exportation dépendront pour beaucoup du Brexit.

La santé de nos exportations dépendront pour beaucoup des conditions du Brexit.

Si l’on souligne souvent l’aspect bilatéral des échanges franco-allemands, on ne doit pas oublier ceux qui nous lient à notre autre grand voisin, de l’autre côté de la manche. S’il n’est que le 5e importateur de produit français (après l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et l’Espagne), le Royaume Unis exporte bien moins en retour, si bien que ces échanges redressent notre balance commerciale de près de 12 milliards d’euros.

Autant dire que les conditions de déroulement du Brexit auront des conséquences très directes sur l’économie et les exportations Françaises.

Pour plus d’information, consultez l’aperçu du commerce extérieur de la France, édité par le Kiosque de Bercy.

Bookmark and Share