La robotisation réduira la place du productif au profit de la maintenance

La robotisation, entamée dès l’après-guerre, est un processus lent mais continu au sein de l’industrie. S’il conduit à la réduction des emplois productifs, il contribue à en créer d’autre dans la maintenance.

L’automatisation va changer le métier de la maintenance

marge-robotisationLes machines-outils ont permis aux ouvriers de se libérer des taches les plus dangereuses ou pénibles. Les progrès de la robotique ont permis ensuite d’améliorer les cadences de productions en remplaçant la main humaine par des robots rapides et précis. Sans eux, ni la technologie ni la science n’aurait pu progresser à ce point, et les travaux les plus pénibles continueraient à être effectués à main nue.

Le contrepoids de ce progrès a été bien sûr la réduction de l’emploi, toutefois il a souvent permis à des entreprise françaises et européennes de maintenir leur compétitivité face à la concurrence mondiale, et donc éviter la délocalisation ou la faillite.

Toujours est-il qu’en France, selon l’analyse de l’institut McKinsey, jusqu’à 43% des emplois pourraient être remplacés par des robots au niveau actuel de la technologie. Une partie de ces emplois seraient perdus, mais bien d’autres seront créés, en particulier dans la maintenance qui fait partie des métiers d’avenir offrant le plus de potentiel d’emploi.

Une maintenance plus agile

Mais le métier de la maintenance n’augmentera pas qu’en nombre de salariés : il faudra également qu’il monte en compétence. En effet, l’augmentation de la densité du parc machine rend plus indispensable que jamais la mise en place d’une politique de maintenance efficace et intelligente. Se cantonner au curatif ne sera plus possible dans une usine où chaque étape du process -ou presque- est automatisé.

Il faut donc dès aujourd’hui développer considérablement les modes de maintenance préventif et prédictif afin d’assurer la bonne marche d’installations toujours plus complexes. Cela passe par de la formation, de la curiosité et la mise en place d’outils tels qu’un logiciel GMAO capable interpréter le flux d’information que ces nouveaux équipements seront capable de transmettre.

Bookmark and Share